Déserts d'Iran

voyage en iran 

Le premier site naturel d’Iran inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO c'est le désert de Lut , le 21ème site universel du pays.

Les attraits touristiques de l’Iran sont très nombreux. Les paysages de l’Iran, d’une rare beauté, en constituent l’un des principaux [1]. Les régions désertiques et semi-désertiques de l’Iran, qui occupent près d’un tiers de la superficie du pays, sont de plus en plus visitées par les touristes (iraniens et étrangers) qui cherchent une échappatoire à la vie citadine moderne et apprécient l’authenticité et le silence de ces lieux.
 
Le Dacht-e Kavir
Le Dacht-e Kavir est le désert salé de l’Iran. Il s’étend du sud-est des montagnes de l’Alborz jusqu’au centre de l’Iran.
Deux parcs nationaux importants, tant du point de vue de la superficie que de la biodiversité, y sont situés. Il s’agit du Parc National du Kavir et du Parc National de Tourân (ou Khâr-Tourân), classés tous deux Réserves de Biosphère par l’Unesco. [2]
Le Parc National du Kavir est situé dans la partie ouest du Dacht-e Kavir, à l’est du Lac de Sel, à 50 km au sud-est de Téhéran. Les villes limitrophes sont Qom, Kâchân, Semnân et Ispahan.
Le Parc National de Tourân est situé dans la partie Est de la province de Semnân. Ce parc est la deuxième réserve de biosphère du monde du point de vue de la superficie, après la réserve de Serengeti en Tanzanie.
Ces deux parcs nationaux sont le lieu de vie de quelques espèces animales et végétales que l’on ne trouve qu’en Iran, telles que l’engoulevent du désert, un lézard herbivore et quelques scorpions spécifiques des déserts de l’Iran. Certaines de ces espèces - le guépard asiatique et le zèbre iranien par exemple - sont malheureusement en voie d’extinction et font l’objet de mesures de protection internationales.
 
Le Dacht-e Lout (ou Lût)
Le Désert de Lout, qui s’étend sur des centaines de kilomètres dans la partie nord-est de la province de Kermân, fait partie du Patrimoine Mondial de l’Unesco.
Les études sur le terrain de M. Parviz Kardovâni, chercheur et professeur de géographie à l’Université de Téhéran, ont montré que le centre de ce désert est le lieu le plus chaud du globe terrestre : 70 degrés Celsius à l’ombre, et peut-être même 100 degrés au soleil ; aucune forme de vie n’existe dans cette partie du désert, même la vie bactérienne, d’où le fait qu’un animal mort dans cette zone ne se décompose pas mais se dessèche au soleil (le cadavre d’une vache découvert après quelques années en est une preuve).
 
Cette partie du Désert de Lout - qui signifie "nu" en persan - est un endroit "dénudé", sans aucune plante.
Il existe dans ce désert un phénomène naturel exceptionnel et unique, nommé kalout.
"Kalout" est un mot formé par l’adjonction du mot "kal" (qui signifie "ville" en langue baloutchi) au mot "lout". Les habitants de cette région ont nommé ainsi les couloirs profonds qui se sont creusés, au fil du temps, du fait de l’action érosive du vent et de la pluie. Le vent, qui souffle environ 120 jours par an dans cette région, emporte et déplace la terre sablonneuse.
La pluie (qui est rare, mais abondante quand elle survient) transforme le sable en une pâte relativement épaisse ; le vent y creuse des gorges qui évoquent les ruelles d’une ville inhabitée avec des maisons construites en briques d’argile séchées au soleil. Cette ville fantomatique, formée de couloirs parallèles les uns aux autres qui s’étirent du nord-ouest au sud-est et qui sont d’une longueur de 160 km et d’une largeur de 200 à 500 mètres environ, est située à une quarantaine de kilomètres de la ville de Shâhdâd, c’est-à-dire dans la bordure ouest du Désert de Lout.
 
Les kalouts sont visibles sur les photos prises par les satellites, sous forme de rayures de couleur noire.
 
.

Join us In Instagram

Instagram

Join us In Telegram Channel

Telegram